Ecritures plurielles

Un espace de création et de partage, pour y écrire nos histoires en équipe, ou seul.
 
Vers le siteVers le site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Les chapitre 17 et 18 de Nimrodh les oubliés en ligne sur le site d'Écritures plurielles !

Partagez | 
 

 Claude Lupus et les beaux-parents

Aller en bas 
AuteurMessage
sebrich
Grand maître des roman d'action
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 29
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Claude Lupus et les beaux-parents   Dim 12 Aoû - 23:55

Ding dong

-Voilà voilà, j’arrive !
Quand la porte s’ouvrit, je fis un grand sourire à Isabelle qui se tenait devant moi, en tenue de soirée.
-Ah te voilà, dit elle avec un magnifique sourire.
Elle se jeta à mon cou et m’embrassa assez longtemps.
-Je t’en pris entre, entre, dit-elle en se retirant avec tristesse de mes lèvres.
Je lui fit un sourire charmeur, et passa dans l’embrasure de la porte de chêne qui appartenait à la famille Jackobson, la maison allant avec, bien entendu. L’entrée donnait la même impression que l’extérieur : famille riche, base venant du 19ième siècle, rajout purement moderne, piscine, cours de tennis et ainsi de suite.

Je frottais mes pieds assez nerveusement sur le tapis dont je m’étonnais de l’inscription. Un « bienvenu » entouré de petits cœurs paraissait incongru dans une maison aussi chic. Derrière moi, Isabelle referma la lourde porte de chêne en tournant la clés à double tour.
-C’est vraiment gentil d’avoir accepter de rencontrer mes parents, dit elle en se plantant devant moi. Tu sais, ils sont très portés sur les vieilles politesses d’autrefois.
-Je m’en doutais un peu, dis-je en regardant les portraits austère qui me fixaient de regards noirs. Mais tu sais, je suis un peu mal à l’aise dans ce costume.

J’étais habillé d’un costume noir classique, avec une cravate noir m’étouffant à moitié. Celle là, je sentais qu’elle finirait bien vite dans mon bol de soupe.

-Moi je trouve que ça te donne un charme fou, enfin plus que d’habitude.
Elle se mit à tenter de me coiffer mes cheveux devenus argentés depuis mon « accident ». Bizarrement, même en allant chez le coiffeur, ils avaient toujours l’intention de se rebiffer contre les envahisseurs à dents de plastique.

-Ah lala, tu aurais pu faire un effort au moins, me gronda-t-elle. En plus, tu ne t’es même pas rasé.
-Mais si, il y a une heure à peine, me défendis-je.
-Ne me ment pas, tu piques comme un hérisson !
-Mais je croyais que je te plaisais comme ça chérie, dis je avec mon sourire étincelant.
Elle rit nerveusement et m’embrassa furtivement. Puis elle me prit la main et m’emmena à travers le salon, fauteuils de cuir et écran plasma inclus, pour finalement arriver à la salle à manger. La pièce donnait bien l’impression de faire parti du reste de la maison : du chêne partout, des commodes le long des murs, en chêne, cela va de soi, et quelques peintures au murs représentant des coupes de fruits ou des fruits solitaires, à croire que le décorateur n’avait pas beaucoup d’imagination.

-Je te présente mon père, Henry Jackobson.
L’homme était de fort bel prestance. L’air droit, comme les chênes tenant tête au vent violent, le regard fier de ses ancêtres, et un visage à l’air accueillant, trahi par certain mouvement compulsif de ses arcs sourcilières.
-Bonsoir jeune homme, me dit-il en me tendant la main.
-Je suis enchanté de faire votre connaissance monsieur, dis-je avec mon sourire.
-Tout le plaisir est pour moi, reprit le père, semblant se décontracté un peu, comme si il était heureux de voir que je n’était pas un voyou des banlieues, tel qu’il en voit seulement à la télé.
-Et voici ma mère, Mathilda.
-Je suis honnorhé de faire vhotre connaissance, dis elle d’un air enjoué et en tendant la main, le poignet relâché. Elle portait une longue robe rouge, à bords froissées, comme les anciennes cantatrices de l’époque de Mozart.
-Moi de même madame, fis-je en baisant sa main, me retenant de rire devant le nombre de « h » que je venais d’entendre. Je vois d’où viens la beauté d’Isabelle.

Un silence m’indiqua que je venais de faire une boulette.
-En véhérité, je ne suis que sa bhelle-mère, dit elle d’un air soudain hautain.
-Oh excusez moi, je ne savais pas, me rattrapais-je d’un air confus.
Isabelle me regarda, l’air de dire « tiens toi tranquille jusqu’à la fin au moins ! »
-Hum bon, dis le père en s’éclaircissant la voix, nous pouvons passer à table.
Je m’assis dans une chaise, en chêne évidemment, en priant le ciel de bien vouloir me venir en aide.

-Alors, donc, me dit le père à l’autre bout de la table, vous poursuivez les même études que notre fille ?
-Oui, répondis-je, soulagé de pouvoir discuté de chose où j’aurais pied, et je dois avoué qu’elle est vraiment intelligente, et très sérieuse dans son travail.
Ils souriaient tous maintenant. Ouf, on dirait que je pourrais m’en sortir avec les flatteries. Je baissais le regard pour voir le service de table, et mon sourire se figea. J’avais pensé à tout, sauf à ça. Satané riches avec leur satané service de table de riches.
-Et vous même, êtes vous assez assidu dans vos cours ? continua la père.
-Oh oui, papa, c’est même lui qui m’a aidé pour les partielles. Il est très intelligent, conclut elle d’un grand sourire.
Je lui souris en retour, me retenant de suer à grosses gouttes. Comment vais je faire ? Et qu’est ce qui ma pris de venir à moins de 4 jours avant la pleine lune ?
-Oh, alors c’est qu’il doit être très fort. Et que faisait votre père ? Ingénieur ? Ecrivain ? Astronome ?
-Euh non en fait il était berger.

Le silence de riche revient. Je vis Isabelle me faire une grimace contrit

-Bherger ? demande la mère, étonnée par l’étrange sonorité du mot.
-Oui, oui, tout à fait, berger, dans les montagnes des Alpes. Je sais que ce métier n’est plus d’actualité, mais il faut bien que quelqu’un les gardent n’est ce pas ? demandais-je de mon sourire.
-Ou-ui, répondit avec circonspection le père.
Bon, pour le métier du père c’est raté. Reste plus que l’intelligence du fils.

Pendant la demi-heure qui suivit, je me mit à discuter du courants littéraires des lumières avec le père, qui semblait très intéresser. Pour ce qui est de la mère, elle papotait tranquillement avec sa fille, mettant des « h » à tors et à travers dans ses phrases, sauf quand elle s’énervait, concernant ses secrétaires, comme si elle oubliait deux secondes son rang. Puis vint le moment du dîner.


-Voici le menu de ce soir, dit un domestique en déposant des assiettes sur le centre de la table. Côtes d’agneaux dans son lit de coulis de tomate.
La bave me vint automatiquement à la bouche. Je me mit à déglutir rapidement. J’était trop près de la pleine lune. Dernière fois que je sort aussi près, dernière. Je me mit à respirer calmement, comme me l’avait enseigné ma cheftaine.
-Cet agneaux vous rappelle de bon souvenir ? demanda le père en riant tout en coupant sa côte.
-Oh si peux, si peux, vous savez, quand on voit un agneaux, on les a tous vu, dis je avec un sourire nerveux. Je me demandais toujours comment faire, je me mit à jouer avec la serviette quand j’eus une idée.


Plusieurs heures plus tard, j’étais dans le salon, discutant tranquillement avec le père, qui semblait m’avoir à la bonne. Et grâce à mon ouïe fine, j’écoutait aussi la discussion des femmes dans la salle à manger.
« Il est vraiment bien ton petit ami » entendis-je venant de la mère, qui avait laissé tomber les « h » depuis le 5ième verre de gros rouge.
« Oui, je sais, dit Isabelle gaiement, c’est pour ça que je sors avec lui »
« Mais quand même, tu le trouve pas un peu bizarre ? »
« Ben un peu, mais ça fait parti de son charme »
« Par exemple, son nom. Claude, ça d’accord, mais Lupus, tu sais que ça veut dire « loup » en latin ? »
« Oui oui je sais, dis la voix d’Isabelle d’un air las, mais ce n’est pas de sa faute s’il s’appelle comme ça »
« Et puis il y a sa façon de manger qui est bizarre »
« Que veux tu dire ? »

« Beeeen… tenir les couverts en argent avec les serviettes… »


Dernière édition par sebrich le Ven 18 Juil - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tchoucky
Sergent chef


Nombre de messages : 712
Age : 38
Localisation : Troisième enclume à droite en partant du fond
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Claude Lupus et les beaux-parents   Lun 13 Aoû - 12:39

Amusante histoire, mais qui ne peux être lu que par ceux qui connaissent l'univers agrandi de "Programme Darwin". Tu devrais la retravailler en faisant en sorte qu'elle puisse aussi être lue indépendement. En donnant des indices plus flagrant, en donnant plus de détail. Rien à redire sur le style. Peut-être devrais-tu profiter de cette nouvelle pour t'entrainer au maximum sur les descriptions, puisque c'est ta bête noire, mais j'estime que le décor est suffisement bien campé comme ça. Par contre, si ce n'était pas fait exprès, change le nom du père. :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lex
Vilain petit canard


Nombre de messages : 127
Date d'inscription : 26/07/2007

MessageSujet: Re: Claude Lupus et les beaux-parents   Jeu 10 Jan - 21:25

Je viens tout juste de découvrir que tu avais écrit ce petit spin of.

L'histoire est amusante - je copie Tchoucky^^ - et se lit très facilement. Petit sourire à l'évocation du père.

J'avoue que c'est d'autant plus subtil quand on a lu toute l'histoire originale avant... "Et vous même, êtes vous assez assidu dans vos cours ?" Very Happy

Par moment cependant, tu tombes dans une caricature un peu grossière de la famille d'aristocrates, ce qui peut certes être drôle, mais rend la situation grotesque.

Au final, un bon petit texte léger et souriant bien que la chute soit là aussi, très grosse (pas dans le sens prévisible).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc
Prince des loup
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 30
Localisation : Belfort
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Claude Lupus et les beaux-parents   Sam 5 Juil - 15:44

Je trouve également ce texte tres agréable, du fait de la legereté. Et j'adore le gag des couverts en argent XD

Ma question est la suivante: y aura-t-il d'autres textes comme celui ci, sur la vie de Claude? parce que s'ils sont aussi bons, j'ai hate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tinky
Nouveau Lecteur
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 58
Localisation : Dans mon unité centrale...
Date d'inscription : 17/07/2008

MessageSujet: Un loup-garou, (non, pas le chanteur canadien!) invité...   Ven 18 Juil - 22:00

Ahhh ! Mais c'est fohr mih dah ble, mon cher !!!
Un loup-garou dans la famille, rendez-vous compte ! Jubilatoire et bien écrit ! Très amusant, je voyais bien la scène... Un vrai cas de film d'horreur de la Hammer, au début, où tout semble correct mais où un tout petit détail éveille la curiosité... C'est savoureux et drôle ! Un peu caricatural, peut-être, mais je connais des snobs aussi puants dans la vraie vie, alors, finalement, ça ne m'a pas vraiment choquée...
Quel régal !
Tinky Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinkyfurax.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claude Lupus et les beaux-parents   

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude Lupus et les beaux-parents
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cadeaux pour les 65 ans de mariage de mes beaux parents
» Le vouvoiement / tutoiement
» La fessée
» Voici le mien ... 50 ans de mariage de mes beaux-parents
» Grandir - les étapes de la construction de l'enfant - le rôle des parents -Claude Halmos - Livre de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecritures plurielles :: Nos histoires au propres-
Sauter vers: