Ecritures plurielles

Un espace de création et de partage, pour y écrire nos histoires en équipe, ou seul.
 
Vers le siteVers le site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Les chapitre 17 et 18 de Nimrodh les oubliés en ligne sur le site d'Écritures plurielles !

Partagez | 
 

 L'Himshin-La

Aller en bas 
AuteurMessage
Eclipse
Nouveau Lecteur


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: L'Himshin-La   Mer 11 Aoû - 6:17

Bizarrement, en retrouvant ce petit texte que j'ai du coucher sur papier lors d'une de mes trop longue et trop nombreuse heure de philosophie subie au cours de cette année de terminale, j'ai immédiatement pensé à la transmettre ici. D'une part parce que ce serait la premiére chose écrite que je posterais sur ce forum et de l'autre parce que ça me permettrait d'avoir l'avis de personnes plus expérimentés que moi dans le domaine de l'écriture. Je ne sais pas ce que vaut ce petit truc écrit probablement dans l'espoir de ne pas m'endormir sur mon texte de Freud mais j'ai un petit faible inexplicable pour lui.
Il faut savoir que la référence au peintre Nikolaï Roerich n'est pas anodine vu que cette histoire me fût inspirée par un de ses tableaux.


Himshin-La ou la légende de Zhang

Le randonneur aventureux et désireux de tenter un jour la visite des chemins himalayens finira par tomber sur cet étrange temple au sommet de la montagne d'Himshin-La.

Cet immense ouvrage de pierre ancré au sommet, semblant sortir d'une peinture de Roerich, interpellera le rêveur qui aime laisser son âme vagabonder vers les mondes imaginaires des légendes tibétaines. Mais bien vite, il remarquera qu'il n'y a pas de chemin praticable pour y aller. D'ailleurs, il n'y verra pas d'entrée, ni de fenêtre. Et bien évidemment, pas un seul signe de vie sur les hautes tours.

Forcément, il ne pourra s'empêcher d'en parler avec les autochtones, le soir à l'auberge. Alors, toutes les voix s'éteindront. Alors, les plus vieux d'entres-eux s'approcheront de lui et ils lui raconteront la légende de Zhang. Une légende vieille comme le monde, que leurs arrières grands pères ont reçu de leurs pères qui eux mêmes la tenait de leur paternel. Un de ces contes millénaires que des générations et des générations ont raconté.

Le randonneur apprendra comment Zhang, le petit peintre d'un village depuis longtemps disparu, voulut un jour participer à ce concours royal qui promettait richesse à celui ou celle qui réussirait à peindre un paysage somptueux de ces hautes montagnes qui manquaient cruellement au souverain, reclus dans son palais plus bas dans les vallées.
Zhang était sûrement le plus pauvre du village et il ne trouvait que très peu de bonheur dans ses peintures. Les promesses d'une vie de luxe avaient tout pour le séduire. Aussi, il se décida à peindre ce temple millénaire dont nul ne connaissait l'origine, car il trouvait ce paysage grandiose.

Il apprendra aussi comment, alors que Zhang commençait sa toile, celui-ci fût attiré par le temple comme les fourmis le sont par le sucre. Comment il se décida à entamer l'ascension de l'Himshin-La, poussé par une force inconnue.

Il n'apprendra pas comment Zhang fît pour accomplir sa prouesse, mais il apprendra que celui-ci parvint au sommet et réussit à pénétrer dans le temple de la montagne d'Himshin-La.

A ce moment de l'histoire, les ancêtres se tairont tous, sans exceptions. Bien évidemment le randonneur leur demandera les raisons de ce mutisme et ils lui expliqueront que personne ne sait ce qui se passât tout là-haut.

Il apprendra néanmoins comment Zhang revint le lendemain au village. Aveugle, mais emplit d'un bonheur que rien ne sût jamais troubler. Jamais de sa vie, Zhang n'expliqua à qui que ce soit ce qui s'était passé dans le temple, ni ce qu'il y avait vu. Même sentant la mort arriver, son sentiment de bonheur ne le quitta jamais, mais il accepta de se confier à Shing, l'homme le plus sage de la région. Il lui révéla ce qu'il avait vu tout là-haut sur le Himshin-La.

Mais le randonneur rira de ces niaiseries pour enfants qu'on raconte pour divertir et il s'en ira en se moquant de ces gens un peu fou qui inventent des histoires aussi enfantines.

Ce n'est qu'en repassant à côté de cette montagne qu'il apercevra peut être un éclat, quelque part dans le temple et qu'il le regardera plus intensément qu'avant, car il saura désormais que c'est tout là-haut qu'il y a fort longtemps, Zhang le petit peintre, rencontra les Dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tchoucky
Sergent chef


Nombre de messages : 712
Age : 38
Localisation : Troisième enclume à droite en partant du fond
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: L'Himshin-La   Mer 11 Aoû - 23:20

Postée sur le site !

J'aime bien l'idée de raconter l'histoire au futur. Je ne sais pas trop quoi dire d'autre de ce charmand petit conte Zen, mais merci d'enrichir notre collection d'histoire. thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eclipse
Nouveau Lecteur


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: Re: L'Himshin-La   Jeu 12 Aoû - 3:51

Si tu le qualifies de charmant, je suis déjà comblé ^^

Par ailleurs, il se pourrait que je me mette à écrire plus souvent ici vu que grâce à une semaine de camping, j'ai pris coup à raconter les histoires (et accesoirement à les écrire à la plage l'aprés midi).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Himshin-La   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Himshin-La
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecritures plurielles :: Nos histoires au propres-
Sauter vers: