Ecritures plurielles

Un espace de création et de partage, pour y écrire nos histoires en équipe, ou seul.
 
Vers le siteVers le site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Les chapitre 17 et 18 de Nimrodh les oubliés en ligne sur le site d'Écritures plurielles !

Partagez | 
 

 Nimrodh, les oubliés

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Tchoucky
Sergent chef


Nombre de messages : 712
Age : 38
Localisation : Troisième enclume à droite en partant du fond
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Nimrodh, les oubliés   Sam 14 Juin - 19:49

Epilogue :


Janus Atrayde :

Rhoan et sa machine s’éloignaient peu à peu du vaisseau. La lueur verte qui émanait du générateur près de lui s’affaiblissait peu à peu. Les radiations l’auraient sûrement achevé bien avant de tomber en panne d’oxygène. De lui, il ne nous restait à présent que l’écho dans nos têtes de sa dernière communication, qui disait « je suis désolé… ». Il restait encore le canon à bord du vaisseau. Je souris, et pourtant, je suis assez attristé… Comment un homme qui quelques jours plus tôt n’avait d’important que sa propre vie, et avait en plus une indifférence totale face à la mort avait pu faire une chose pareille ? Nous avions sauvé les Nimrodhs, mais c’est Rhoan qui nous avait sauvé. Comment ? Mais comment en était il arrivé là ? Il y a à peine une heure, je l’aurais cru capable de voler un vaisseau du Magellan et aller cherche un autre refuge dans l’espace pour échapper au conflit extrêmement déséquilibré qu’il venait de nous éviter.
Quand j’y pensais, nous n’étions vraiment pas différents, c’était comme si je comprenais son geste. Car au fond, j’aurais peut être fait la même chose.
Le silence régnait dans la salle de pilotage, quand j’entendis quelqu’un renifler. Je me retournais et je vis Nilane, la tête baissée, se retenant de verser des larmes. Les derniers mots de Rhoan avaient été pour elle. Elle qui l’avait soigné, tout fait pour qu’il vive, qu’après avoir fait son travail il continue à vivre encore… Mais il était parti, juste après avoir fait ce qu’il avait à faire.
_ Nilane, tu…
_ Non Jonas, ça va aller ! Kara a de nouveau ses deux bras, les Nimrodhs sont sauvés, l’armée Solarienne a été détruite… c’est juste… c’est juste que… j’aurais aimé, j’aurais vraiment aimé qu’il vive, encore.
_ Il a choisit d’abandonner sa vie, c’était son choix, intervint Janus
_ Il n’a pas abandonné sa vie ! C’est vrai que, les soins que je lui donnais n’auraient pas pu le maintenir en vie indéfiniment, mais ce n’est pas pour ça qu’il n’est pas revenu. Il a voulu disparaître avec son invention, pour être sûr que tous les dégâts qu’elle a causés dans le passé ne puissent jamais se reproduire !
Solennellement, nous nous tournâmes tous vers la grande baie vitrée, donnant sur l’espace intersidéral. A quelques kilomètres devant nous, deux points étaient encore visibles. Dans quelques instants, nous les perdrions à jamais. Nilane ne put se contenir plus longtemps, elle se plaqua contre moi, nerveuse, très nerveuse. Je l’étreignis tendrement et posai ma main dans ses longs cheveux. Je jetai un coup d’œil aux deux points qui disparurent en quelques secondes. Je pensais :
« Adieu Rhoan ! Dommage… »
Je me reculai de la console principale et me dirigeai vers Mike, Kara nous suivit.
_ Prends les commandes, s’il te plait !
_ Tu sais, je sais pas bien piloter cet engin moi !
_ C’est pas grave, on retourne simplement sur la planète.
_ Comme tu veux !
_ Attends !
Je retournais un instant vers la console et tapai quelques commandes. Je réduisais ainsi le champ de force du vaisseau autour du canon de Rhoan resté sur la coque. Ainsi, il se désintègrerait tout seul quand nous rentrerons dans l'atmosphère de la planète. A ce moment, il ne resterait plus rien de Rhoan, plus rien de rien.
Mike alla s’asseoir et je m'éloignais avec Nilane. Nous sentîmes alors une petite secousse, annonçant le départ du Magellan.
_ Qu’est ce qu’on va faire alors ? lança Lilyah
C’est vrai. Les Nimrodhs sauvés, ils n’avaient plus besoin qu’on les aide, mais où aller ? Moi, je suis considéré comme un traître à Etrenank, je ne pourrais pu y remettre les pieds. La Terre ? Peut être que…
_ Restez !
C’était Xorth qui venait de parler
_ Restez chez nous, répéta-t-il
Sa voix était presque tremblante, comme s’il nous suppliait intérieurement.
_ C’est vrai ! On pourrait ! fit Janus. Je ne me suis jamais senti aussi bien qu’ici ! Et puis, il n’y a plus de place pour moi sur Terre…
_ Je pense qu’on devrait tous se reposer, déclara Lilyah. Chacun est en droit de faire ce qu’il veut, maintenant. Il vaut mieux qu’on réfléchisse tous sérieusement à ce qu’on voudrait faire.
Elle avait raison, tous ne sont pas forcement d’accord avec Xorth. Alors, où devrais je aller… Non, où devrions NOUS aller ?
Nilane releva enfin la tête, elle me regarda, me fixa dans le blanc des yeux, je l’embrassais. Je sentis à ce moment Kara nous serrer tous les deux. Nilane un peu plus que moi, mais tous les deux. Peut être qu’au fond, elle ne me détestait pas tant que ça.
Je savais maintenant que, quelque soit l’endroit choisi, je les suivrais. Nous partirions ensemble






Xorth :

_ Restez !
J'avais prononcé ce mot comme une supplication. Oui, je désirai qu'ils restent. Je savais que tous les Nimrodh seraient d'accord avec moi. Après tout, la plupart d'entre eux pensaient encore qu'il étaient les Dieux à l'origine de notre monde et ils seraient honorés de les accueillir parmi eux. Mais avant tout, je les considérai comme une grande source de savoir. Ils pourraient certainement nous apprendre beaucoup de choses.
Jonas, la Soercyé et Kara se serraient dans leurs bras, telle une vraie famille. Ils restèrent ainsi quelques minutes puis finirent pas se séparer. Jonas repris son poste de pilote et nous ramena à la surface d'Epsolin.
Une fois arrivés au sol, je me dirigeai vers le sas. Alors que je sortai de la pièce, je me tournai vers les personnes qui avaient aidé mon peuple jusqu'au bout.
_ Quoique vous décidiez, sachez que vous serez toujours les bienvenus parmi les Nimrodh. Si certain d'entre vous souhaitent rester, je serai dans mon village.
Une fois dehors, de nombreux Nimrodh vinrent à ma rencontre. Beaucoup voulaient savoir ce qu'était la grande lumière qui était apparue dans le ciel alors qu'il faisait encore nuit. Certes je pouvait tout simplement leur dire qu'il s'agissait de l'oeuvre de Dieux, mais je voulais cette fois-ci tout leur dire, tout leur expliquer, de mon départ jusqu'au derniers évènements de cette journée. Nous partîment tous au village où je me mis à leur raconter l'histoire de Xorth, mon histoire...




Lyliah Vamy :

Je ne pouvais y croire. J'avais encore du mal à réaliser. Enfin les Nimrodh étaient sauvés .... L'armée solarienne était détruite ... Mais je songeais encore à Rhoan ... Je n'aurai jamais imaginé qu'il aurait pu faire cela pour nous. Sauvés .. Nous étions sauvés .... Je répétais sans cesse ces mots dans ma tête.
Soudain Xorth vint nous supplier de rester avec les Nimrodh sur Epsilon. Je regardais mes compagnons. Rester? Nous devions y réfléchir. Peut-être que tout le monde ne voulait pas rester ici pour toujours. Je pris la parole:
_ Je pense qu’on devrait tous se reposer. Chacun est en droit de faire ce qu’il veut, maintenant. Il vaut mieux qu’on réfléchisse tous sérieusement à ce qu’on voudrait faire.
Après un court moment, Jonas reprit le poste de pilotage et nous regagnâmes epsolin. Xorth nous ramena à son village où il s'empressa de conter son histoire, toute son histoire.
J'ecoutai d'une oreille furtive. mon esprit vagabondait une fois encore. J'observai le village .... les Nimrodh ... mes compagnons ...En rejoignant ce groupe, j'avais participé à une merveilleuse et formidable aventure. Je ne regretterai rien. Non, rien. Enfin la mort de Rhoan évidemment.
Je n'avais guère envie de quitter cette planète. Je pouvais me souvenir de tous les livres que j'avais pu lire. la Terre d'autrefois devait ressembler pratiquement à epsilon. Je crois que je resterais ici. De toute façon sur Terre, il ne me restait plus rien. Ici, il y avait les Nimrodh déjà et ensuite, mes compagnons ... du moins ceux qui souhaiteront rester comme moi.






Janus Winnfield
La proposition des Nimrodh était vraiment intéressante et me tenait particulièrement à coeur, j'adorais les Nimrodh, quelle plus belle vie que celle à leurs cotés pour moi? Il n'y en avait pas. Je savais bien que je n'avais plus ma place sur terre. Ma seule place était à leur cotés. Je m'était libéré de ma culpabilité. Si les autres décidaient de rester, alors tant mieux, je pourrais les voir souvent alors et on vivra en paix ici, je ne vois pas qui viendrait ici maintenant que l'armée solarienne était repoussée.
_ Je vais rester, déclarais-je en n'attendant aucunes réponses, je n'ai plus ce poids de culpabilité, je suis libre désormais, je vais rester près des Nimrodh, pour les étudier et vivre avec eux.
Je pris alors la direction de l'entrée du vaisseau et sortit sur cette planète, Epsolin, respirant l'air environnant a plein poumons.



Je m'éloigne, en marchant vers le village où Xorth est retourné. En arrivant, quelques jeunes Nimrodh viennent vers moi avec une mine joyeuse. Je suis heureux de les voir m'apprécier et de les apprécier en retour. Désormais, je suis comme des leurs, je ne connais pas bien leur langue, juste quelques mots, comme eux connaissent quelques mots de la mienne, je connais leur nom, ils connaissent le mien, désormais, je vis parmis eux et eux m'ont acceptés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tchoucky
Sergent chef


Nombre de messages : 712
Age : 38
Localisation : Troisième enclume à droite en partant du fond
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Nimrodh, les oubliés   Sam 14 Juin - 19:50

Dr Nilane Bah :

Je t'aime. Je t'aime tellement.
J'aime te voir rire au milieu de ces enfants, des enfants qui t'acceptent telle que tu es, qui se moque de savoir d'où tu viens. J'aime te voir courir, grimper aux arbre, te dépenser, déborder de vie et d'énergie. J'aime te voir vivre, enfin, vivre. J'ai tant attendu ça. Si longtemps. Tellement longtemps.
Ma Kara, ma chérie.

Rhoan, c'est bon, vous pouvez être tranquille, elle est détruite. Nous l'avons soigneusement démonté, etj'ai moi même jeté chacune de ses pièce dans la mini étoile du magellan IV. Le 2R2M ne détruira plus de vie, plus jamais.
Mais vous...
Je devrais être soulagée. Libérée par votre disparition. Mais je ne ressent rien de tout cela. J'ai au contraire, un sentiment de vide, d'inaccompli, d'inachevé.
Je voulais vous guérir. Me guérir moi-même. Je ne suis pas faite pour éprouver de la haine. Je ne peux pas vivre avec ce poids.
Je me suis souvent posé la question de ce en quoi je croyais. En mon métier, bien sûr. Mais ensuite. Où êtes vous aujourd'hui, Rhoan ? Me sera-t-il donné un jour de vous pardonner ? De vous pardonner d'avoir détruit toute ma vie d'avant. De vous pardonner d'être parti sans me laisser l'occasion de réparer ces marques que vous m'avez laissé.
Je ne suis pas faite pour la haine.
Ou que vous soyez, vous pouvez être tranquille. J'ai veillé à ce qu'elle soit détruite, comme vous me l'aviez demandé.

Je t'aime. Je t'aime tellement. Cela me terrorise d'y penser, et pourtant, je commence à aimer m'y abandonner, à cette idée, cette idée que je ne suis plus seule, que je ne serait plus jamais seule.
Je ne pensait plus possible d'être heureuse. Je ne pensais plus que cela puisse exister, pour moi. Mais la vie m'a surprise par le chemin le plus détourné, et nous ne sommes plus seules, je ne suis plus seule. Il y a toi, maintenant, toi dont j'avais si peur, parce que c'est effrayant, l'intensité de certains désirs. Il y a toi et cette planête, une planête encore vierge, et les Nimrodh, les oublié.

C'est la douceur du soleil sur ma peau qui me réveille. Je suis allongé sur la terre et la roche, en haut d'une falaise, près de la cascade sous laquelle je m'en vais presque tout les jours nager, depuis un mois.
Un mois... Cela m'a semblé une vie. Dés l'instant où Rhoan a disparut dans le vide, j'ai su que tout ce que j'avais été avant disparaissait avec lui, que j'étais libre désormais, et légère, si légère...
Tout est tellement différent, depuis. Ai-je changé, ou suis-je simplement redevenue la Nilane d'autrefois, avant que mon père me vende au japonais parce que j'étais trop douée pour vivre dans une famille pauvre ?
Un mois, cela fait un mois que mes journées ne sont plus rythmée par le nombre de dossier à vérifier, le nombre de cas à examiner, le nombre de vie à sauver. Je passe du temps à nager, seule, comme je faisait quand j'étais enfant. Je vais rejoindre le village Nimrodh, ou de plus en plus de délégation arrivent, pour nous rencontrer, pour essayer de comprendre qui nous sommes. Et je prends des heures, de nombreuse heures, pour jouer avec Kara, comme ça, sans raison, juste pour le plaisir d'être avec elle, de la voir comme ça, si pleine d'énergie, si débordante de santé...
Je me surprend à déléguer à Janus le soin de rencontrer les Nimrodh des autres tribu, juste pour avoir plus de temps pour moi, pour elle...
Je ne savais pas qu'il était si facile d'être égoïste.
Je regarde le ciel d'un bleu pur au dessus de moi, et, prenant garde à ne pas faire de bruit, et regarde à mon coté. La carte du ciel encore dépliée sous sa tête, et la main refermée sur la mienne, il dors, à même le sol. Il m'a laissé la couverture, le pauvre. Je me penche sur lui, et murmure doucement à son oreille.
_ Jonas ! On s'est endormis.
_ KWAAAAAA ? rugit-il en se redressant d'un seul coup, manquant de me bousculer.
Affolé, il observe les feuilles un peu humide de rosées qui sont étalées devant lui.
_ Bon sang, je n'ai fait de relevés que jusqu'à 03h ! Il me manque encore un tiers de la nuit. Et ça te fait rire ?
Oui, je ris, je ris comme une folle. C'est si simple de rire. Il essaye de me lancer un regard noir, mais mon hilarité le gagne malgré lui.
_ Eh bien, j'avais promis à Xorth qu'il aurait aujourd'hui une carte exacte et compréhensible par n'importe quel Nimrodh du trajet accomplit par le Magellan depuis la terre jusqu'à ici.
_ Ça attendra demain, nous ne sommes plus à un jour près. Et puis, ça nous aura donné l'occasion de regarder ce magnifique ciel.
Il me regarde et ne répond rien, se contentant seulement de sourire. Je me redresse, et me rapproche de lui.
_ Tu n'a pas trop froid, murmure-t-il en me caressant la joue.
_ Moi non, mais toi si.
Je prends ses doigts glacés dans mes paumes et les embrasses un par un. Il me les retire pour m'attirer contre lui. Je l'entoure de mes bras, relève le visage et effleure ses lèvres de mes lèvres. Il m'embrasse. Longuement. Ses mains sont toujours aussi froides, mais ses lèvres son chaudes.
_ On devrais y aller, dis-je. On va avoir l'air malin, si on rejoint le magellan après que tout le monde se soit levés.
_ Mais non, on aura juste l'air de s'être endormi alors qu'on était sensé établir une carte du ciel.
_ Je t'aime.
_ Je t'aime.
Si simple.
La main dans la mains, nous descendons le sentier qui nous ramène au Magellan. Qu'y a-t-il a faire, aujourd'hui ? Les Nimrodh ont sans doute de nouvelle questions à nous poser, de nouvelles choses à nous montrer. J'ai le sourire. Je ne cesse d'avoir le sourire depuis un mois. C'est plus fort que moi.
_ Jonas ! Nilane !
Nous venons d'arriver en vue du Magellan. Lyliah, qui se tenait à ses porte, vient de nous interpeler, et se précipite vers nous. Il semble qu'elle nous attendait.
_ Nilane !
Je lâche la main de Jonas et m'avance à sa rencontre.
_ Lyliah ? Qu'y a-t-il ?
_ Il... Il... Faut...
Elle est à bout de souffle.
_ Lyliah, calme toi, que se passe-t-il ?
_ Il faut... La salle des Commande... Il faut que tu aille salle des commande, tout de suite...
_ Comment ? Pourquoi ?
_ Vite ! Il faut que tu aille vite !
Sans plus chercher d'explication, je pénètre précipitamment dans le Magellan et cours vers l'ascenseur. Arrivée au troisième étage, je trouve Janus qui m'attend dans le couloir.
_ Enfin ! Viens vite !
_ Mais que se passe-t-il, à la fin.
_ Il vaut mieux qu'il t'explique lui-même.
_ Qui ? Mike ?
Sans me répondre, il me pousse dans la salle des Commandes. Mike s'y trouve, assis devant le poste de radio. Il se lève pour me laisser la place, et me tends un micro.
_ Vous êtes en ligne avec le chef de notre équipage, annonce-t-il dans le sien.
"Allo ?" Fait, à travers les haut parleur, une voix d'homme. "Allo ?"
Je sursaute. Cette voix...
_ Professeur Moberg ? Göran Moberg ? C'est vous ?
"Nilane ! Enfin, je parviens à vous joindre." fait la voix de mon supérieur hiérarchique d'Etrenank. "J'essaye en vain depuis des jours d'établir la connection."
Je regarde tour à tour Mike et Janus.
_ Quand a-t-il réussi à nous joindre ?
_ Ce matin. Très tôt.
"Nilane, vous êtes là ?"
Quelque chose a changé dans la voix de Göran. Je me souviens d'un homme posé, réfléchis. Il semble fébrile et anxieux.
_ Je suis là, Göran. J'ignore qui vous a demandé de me joindre, mais quel qu'il soit, dite lui que la planête Epsolin est sous notre protection, et que nous ne laisserons pas les force d'Etrenank l'envahir.
Ma voix est glaciale. J'essaye de calculer dans ma tête. S'ils établissent le lien radio, c'est qu'ils ont déjà traversé la moitié de la distance qui nous sépare de la terre. C'est qu'ils se rapprochent.
"Personne ne m'a demandé de vous joindre, Nilane, pour la simple raison qu'il n'y a plus personne pour me donner des ordre. L'empire d'Etrenank vis ses derniers instants."
_ Je vous demande pardon ?
"Je sais ce qui vous est arrivé, Nilane. Quand j'ai entendu parlé de l'évasion de Franck Rhoan, je me suis rappelé qu'on vous avait recueilli non loin d'Itokyo. J'ai fait le rapprochement avec vous, et j'ai creusé un peu plus, pour connaître tous les détails. Je sais que vous vous êtes envolée avec le Magellan qui avait disparu, et je sais que vous aviez Rhoan à bord. Je sais que vous avez découvert une planête viable peuplée de créature intelligente. Et je sais que vous les défendrez jusqu'au bout. Je vous connais, Nilane."
_ Venez au fait, Göran. Ou voulez vous en venir ?
"Pendant que vous étiez partie, la guerre à continué. Ces dernier temps, l'armée solarienne a subi de très profondes pertes. les terriens ont une nouvelle arme, un canon particulièrement puissant, meurtrier. Le camp des solariens s'est affaibli. Quand Etrenank a appris qu'Epsolin était viable, ils ont décidé de tout jouer sur cette nouvelle place qui s'offrait à eux pour réaffirmer leur puissance. Ils ont envoyé la presque totalité de l'armée qui leur restait. Elle n'est jamais revenue."
Je frissonne malgré moi. Je revois la lumière, blanche, si blanche.
"Etrenank est en train de mourir, Nilane. Bientôt, la guerre qui oppose solarien et Lamb depuis des siècle cessera, juste parce que l'un des deux aura disparu. Et vous, vous n'aurez plus à redouter l'invasion. Il n'y a plus d'envahisseur."
_ Etrenank meurt ? Répété-je
Je regarde Mike, Janus, Lyliah et Jonas qui nous ont rejoint. Ils semblent tout aussi incrédule que moi.
_ Etrenank meurt ?
Ca semble aberrant.
"Nilane, vous m'entendez ?"
_ Je vous entends.
"Nilane, j'ai travaillé cinq ans avec vous."
_ Six.
"Oui, six. Nous nous connaissons bien, et vous savez que sur beaucoup de point, nous tombons d'accord."
_ Que voulez vous de moi, Göran ?
"Moi, et une poignée d'intellectuel d'étrenank, nous sommes en train de voler vers vous. Nous avons emporté avec nous ce que nous pouvions de matériel, et copier le maximum que nous pouvions dans la mémoire du terminal d'Etrenank. Nous ne venons pas en conquérant, nous venons seulement pour vous rejoindre, si vous nous acceptez. Nous voulons croire qu'un autre genre de civilisation est possible; Nous comptons rebâtir une autre Etrenank, une qui n'aura pas besoin de guerre et de conquête pour vivre."
Je l'écoute sans comprendre. J'ai le sentiment que tout ça n'a pas de sens.
_ Si c'est là votre but, Göran, vous n'avez pas besoin d'Epsolin. Pourquoi venir ?
"Nous n'avons pas besoin d'Epsolin, Nilane, mais nous avons besoin de vous, de gens comme vous. C'est moi qui es demandé à prendre la direction d'Epsolin. Il y a un monde à construire entre nos mains, Nilane. Un monde ou les créatures que vous cherchez à protéger auront leur place. Soyez des notres, si vous le voulez bien."
_ Et si je refuse ?
"Nous passerons notre chemin".
Je me tais. S'il s'agissait de quelqu'un d'autre, je ne croirais rien de ce qu'il vient de raconter. Mais cet homme... Je lui faisait confiance, une grande confiance.
"Nilane... votre fille ?"
_ Elle va bien, Göran. Elle est en parfaite santé.
Je regarde encore mes compagnon. Impossible d'en parler. C'est trop de choses. trop d'information à la fois. Et pourtant...
Un monde sans guerre à construire. Les humains ont beaucoup à apporter aux Nimrodh. Et les Nimrodh beaucoup à apporter aux humains. Mais combien de temps s'entendront-il ? Et pourtant, si c'était possible...
_ Göran. Je vais couper la communication. Rappelez moi dans douze heure. Il faut que nous réfléchissions.
"Je vous rappelle dans douze heure."
Un déclic, il a raccroché. Je reste immobile un instant. Avant de me tourner vers mes compagnons, je veux savoir ce que j'en pense moi-même.
Croire en sa parole ? Livrer les Nimrodh à leur merci, sans être sûr ? Et pourtant... Pourtant, si c'était possible.
C'est possible. C'est Göran Moberg qui m'a parlé, pas un autre. Les Nimrodh ont besoin des humains. Les humains ont besoin des Nimrodh. Par contre... Il faudra être très prudent. Prendre le plus de temps possible. Ce sera très difficile. C'est peut-être des année de travail qui s'annoncent...
Je me tourne vers mes compagnon. Visiblement, ils attendent que je dise quelque chose.
Je me lève.
_ Allons au village pour expliquer tout cela au Nimrodh.



FIN


Avec
Tchoucky : Dr Nilane Bah
Pesme : Jonas Atrayde
Dadmax : Franck Rhoan
Kallisto : Kara
Ayoju : Xorth
Emilie : Lyliah Vamy
Seb : Mike Libane
Pykar : Janus Winnfield
Malik : Jowy Benaldes

Avec l'aimable participation de :

Volfor : Colonel Laral
Magic_Lyoko_7 : Julia XXX
C18 : Cid Asmaros
Lumi : Gengi Murank
MacIntoc : Rob Deakins.

Merci à eux.


Dernière édition par Tchoucky le Dim 20 Juil - 12:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tchoucky
Sergent chef


Nombre de messages : 712
Age : 38
Localisation : Troisième enclume à droite en partant du fond
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Nimrodh, les oubliés   Dim 20 Juil - 12:34

Tinky a écrit:
Cette histoire est géniale, et c'est un faible mot !!! Je viens de terminer la seconde page, au moment où les Terriens et les Solariens se lancent dans une bataille aussi vaine que futile pour posséder le Magellan... Ca ferait un livre de SF d'enfer de la mort qui tue, en dépit de quelques fautes oubliées en cours de route...
Quel régal ! Ce récit est GÉNIAL et je pèse mes mots.
A part ça, bonnes vacances, à Pesme et toi !!!
Tinky Very Happy


Si tu permets, Tinky Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nimrodh, les oubliés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nimrodh, les oubliés
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Vocabulaire dépassé...Mots oubliés...
» Terre Natale - La Légende de Drizzt 1 - Les Royaumes Oubliés
» Salvatore, R.A. - Une aube nouvelle - La Légende de Drizzt 10 - Les Royaumes Oubliés
» "Les oubliées"
» Salvatore, R.A. - L'Héritage - La Légende de Drizzt 7 - Les Royaumes Oubliés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecritures plurielles :: Nos histoires au propres-
Sauter vers: